Amnésie fonctionnelle

Functional amnesia
syn. : amnésie psychogène

Amnésie rétrograde, faisant suite à un stess important, à un évènement traumatisant, et pouvant aller jusqu’à la perte de l’identité personnelle. Les apprentissages nouveaux sont possibles (pas d'amnésie antérograde).

En savoir plus :

Le cerveau est impliqué dans les amnésies fonctionnelles. Plusieurs études d’imagerie cérébrale confirment ce point de vue (Markowitsch, 2003). 

Le stress se caractérise par la libération d’hormones comme les glucocorticoïdes. La libération de ces hormones lors d’un stress extrême ou prolongé pourrait avoir des conséquences sur le cerveau, notamment dans des régions cérébrales riches en récepteurs des glucocorticoïdes, tels que l’hippocampe, dont le rôle dans la mémoire est bien connu, et entraîner ainsi des troubles mnésiques (Markowitsch, 1999, 2003; Schacter, 1999).

Schacter (1999) rappelle qu’il n’est pas rare que des patients manifestant une amnésie fonctionnelle aient des antécédents d’atteinte cérébrale.

Bien que populaires, les interprétations en matière de refoulement et de processus dissociatifs sont controversées et difficilement testables (McNally, 2003 ; Schacter, 1999)


À lire : 

McNally, R. J. (2003). Remembering trauma. Cambridge: Harvard University Press.

Markowitsch, H. J. (1999). Functional neuroimaging correlates of functional amnesia. Memory, 7(5-6), 561–583. doi:10.1080/096582199387751

Markowitsch, H. J. (2003). Psychogenic amnesia. NeuroImage, 20, Suppl 1, S132–138.

Schacter, D.L. (1999). À la recherche de la mémoire. Le passé, l’esprit et le cerveau. Bruxelles : De Boeck.