Biais de mémoire

Memory bias

Préférence pour un type de traitement des informations ou des types de souvenirs particuliers par exemple sous l’influence d’états affectifs.

En savoir plus :

Deux exemples de biais de mémoire :

Dans la recherche de Franken et al. (2003), on présente à des sujets alcooliques abstinents et à des sujets non alcooliques des images d’objets inanimés, d’aliments (bonbon, chocolat...), et de boissons alcoolisées. Les images sont présentées devant un cercle de couleur et les sujets doivent nommer la couleur de ce cercle (apprentissage incident). Les sujets effectuent ultérieurement une tâche de rappel libre des images.

Les résultats montrent que les sujets alcooliques se souviennent mieux des images de boissons alcoolisées. De plus, ce biais est positivement lié à l’état de manque sur le moment (instant craving), mais pas avec l’état de manque chronique. Les auteurs proposent l’idée que ce biais de mémoire pourrait augmenter les expériences d’états de manque.

Dans la recherche de Ridout et al. (2003), les sujets dépressifs reconnaissent mieux les visages exprimant la tristesse et moins bien les visages joyeux, alors que le groupe contrôle reconnaît mieux les visages joyeux et moins bien les visages tristes par rapport à des visages neutres (alors que les deux groupes ne se différencient pas dans la tâche d’identification des émotions faciales.)

À lire :

Franken, I.H.A., Rosso, M., van Honk, J. (2003). Selective memory for alcohol cues in alcoholics and its relation to craving. Cognitive Therapy and Research27, (4), 481-487. doi:10.1023/A:1025480615623

Ridout, N., Astell, A.J., Reid, I.C., Glen, T., O'Carroll, R.E. (2003). Memory bias for emotional facial expressions in major depression. Cognition and Emotion17, (1), 101-122. doi:10.1080/02699930302272