Courbe ROC

ROC curve, receiver operating characteristic curve
syn. : fonction d’efficacité du récepteur,  caractéristique de fonctionnement du récepteur

Dans les expériences de reconnaissance, et dans la théorie de la détection du signal, courbe croisant la proportion de reconnaissances correctes avec la proportion de fausses alarmes en fonction des différents niveaux d’un critère de réponse (le plus souvent, en fonction des différents niveaux de confiance subjective des sujets dans leurs réponses).


En savoir plus :

Par exemple, imaginons une expérience au cours de laquelle les participants mémorisent des mots qu’ils sont ensuite invités à reconnaître parmi de nouveaux mots. Chaque fois qu’un mot est reconnu, ils doivent indiquer leur degré de confiance dans leurs réponses sur une échelle d’évaluation allant de 1 (certainement nouveau) à 6 (certainement ancien).

La courbe ROC va croiser la proportion de détections correctes avec la proportion de fausses alarmes pour les réponses ayant  eçu un niveau de confiance de 6, d’au moins 5, d’au moins 4 et ainsi de suite jusqu’au niveau de confiance d’au moins 2. Le niveau de confiance de 1 n’est pas reporté, car 100 % des mots étudiés et 100 % des mots nouveaux ont reçu un niveau de confiance de 1 ou plus. 

Dans la courbe ROC hypothétique ci-dessous, le premier point de la courbe correspond à la proportion de détections correctes et à la proportion de fausses alarmes pour le niveau de confiance de 6, le second point aux proportions de détections correctes et de de fausses alarmes pour les reconnaissances ayant reçu un niveau de confiance d’au moins 5, et ainsi de suite. Plus une courbe ROC est située dans le coin supérieur gauche, plus la mémoire est précise.

À lire :

Yonelinas, A. P., & Parks, C. M. (2007). Receiver operating characteristics (ROCs) in recognition memory: A review. Psychological Bulletin, 133(5), 800‑832. doi:10.1037/0033-2909.133.5.800


Voir aussi :

Courbe zROC
Théorie de la détection du signal