Effet de fausse célébrité

False fame effect

Effet montrant que des noms de personnages inconnus étudiés en situation d’attention divisée sont plus facilement jugés célèbres ultérieurement en comparaison avec de nouveaux noms inconnus (Jacoby, Woloshyn et Kelley, 1989.)

En savoir plus :


La procédure utilisée par Jacoby, Woloshyn et Kelley permettrait de mettre en opposition les processus automatiques (inconscients) et les processus contrôlés (conscients.) Rappelons que le sentiment de familiarité est censé représenter les processus automatiques alors que la remémoration consciente (recollection) des événements passés est supposée représenter les processus contrôlés.

L’expérience se déroule en deux phases. Lors de la première phase (Phase 1), les sujets doivent étudier des noms de personnages inconnus (par exemple, Sebastian Weisdorf). Un groupe de sujets effectue cette tâche unique alors qu’un deuxième groupe de sujets effectue cette tâche en situation d’attention divisée, c’est-à-dire que les sujets effectuent en même temps une autre tâche. Cette dernière condition a pour objectif de rendre plus difficile ultérieurement la remémoration consciente des éléments étudiés et donc supposer que la performance ultérieure de la mémoire des sujets reflétera l’influence automatique de la familiarité.

Lors de la deuxième phase (Phase 2), les sujets des deux groupes doivent effectuer un jugement de célébrité comprenant pour moitié des noms célèbres et pour moitié des noms inconnus. Parmi ces derniers, la moitié est constituée des noms étudiés lors de la Phase 1, l’autre moitié de noms inconnus nouveaux.

Avant de passer aux résultats, essayons de comprendre en quoi cette procédure permet d’opposer les processus automatiques et contrôlés. Lorsqu’un sujet se remémore consciemment avoir étudié un nom lors de la Phase 1, il ne pourra pas juger ce nom comme étant célèbre. Par contre, lorsqu’un sujet base son jugement de célébrité sur le simple sentiment de familiarité sans se remémorer consciemment la source de ce sentiment, il peut être amené à juger faussement célèbre un nom de personnage inconnu.

Les résultats montrent effectivement que les jugements de fausses célébrités sont plus importants chez les sujets du groupe ayant étudié les noms en condition d’attention divisée où la remémoration consciente de la source de la familiarité est plus difficile.


À lire :

Jacoby, L.L., Woloshyn, V., Kelley, C. (1989). Becoming famous without being recognized : Unconscious influences of memory produced by divided attention. Journal of Experimental Psychology : General, 118, 115-125.