Effet de supériorité des intentions

Intention superiority effect

Effet montrant que les temps de réponse à une tâche que l’on s’attendait à exécuter sont plus courts que les temps de réponse à une tâche non associée à une telle intention ou encore dont l’intention de réalisation a été annulée.

En savoir plus :


L’étude de Goschk et Kuhl (1993) va nous permettre de montrer expérimentalement ce phénomène. L’expérience débute par l’apprentissage de descriptions (les scripts) d'activités de la vie quotidienne (mettre la table) associées par paire.

Après la phase d’apprentissage, on prévient le sujet que l’un des scripts de la paire devra être exécuté ultérieurement ou bien on informe le sujet qu’il devra observer l’expérimentateur réaliser cette activité. L’un des scripts est associé donc à une intention alors que le second est neutre (il n’est pas identifié comme devant faire l’objet d’une tâche ultérieure.)

Les sujets effectuent ensuite une tâche de reconnaissance. Les résultats montrent que les temps de latence pour la reconnaissance des scripts à exécuter sont plus courts que les temps de latence pour la reconnaissance des scripts neutres. Par contre, aucune différence de temps de latence entre les scripts neutres et les scripts qui supposaient l’observation de l’expérimentateur.


À lire :

Goschke, T., & Kuhl, J. (1993). Representation of intentions: Persisting activation in memory. Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition, 19(5), 1211‑1226. http://doi.org/10.1037/0278-7393.19.5.1211

Voir aussi :

Mémoire prospective