Effet miroir

Mirror effect

Dans une tâche de reconnaissance, on parle d'effet miroir quand les détections correctes sont plus élevées et les fausses alarmes sont plus faibles pour une classe de stimulus comparativement à une autre classe de stimuli.

 

En savoir plus :

Que nous indique l’effet miroir ? Il nous informe que dans une tâche de reconnaissance, les sujets discriminent plus facilement certains mots par rapport à d’autres.

Un exemple bien connu d’effet miroir est celui qui est lié à la fréquence des mots. Le taux de reconnaissances correctes est plus élevé pour les mots de fréquence faible que pour les mots de fréquence élevée, alors que le taux de fausses reconnaissances est plus élevé pour les mots de fréquence élevée que pour les mots de fréquence faible.


À lire :

Glanzer, M., & Adams, J. K. (1985). The mirror effect in recognition memory. Memory & Cognition, 13(1), 8–20.

Glanzer, M., & Adams, J. K. (1990). The mirror effect in recognition memory: data and theory. Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition, 16(1), 5.

Greene, R. L. (2007). Foxes, hedgehogs, and mirror effect: The role of general principles in memory research. In J. S. Nairne (Ed.), The Foundations of Remembering: Essays in Honor of Henry L. Roediger, III (pp. 53–66). New York: Psychology Press.



Voir aussi :

Effet miroir basé sur la force
Fréquence des mots