Mémoire iconique

Iconic memory

Mémoire sensorielle spécialisée dans les informations visuelles.

En savoir plus :


Le fonctionnement de la mémoire iconique est bien connu depuis les travaux du psychologue Sperling (1960). Les judicieuses expériences de Sperling sont aussi un bel outil pédagogique pour montrer comment la psychologie expérimentale permet de mettre à jour des phénomènes pointus et comment elle permet de tester et de choisir des hypothèses concurrentes.

L’expérience se déroule comme suit : on présente au sujet 3 lignes de 4 lettres pendant une période très brève (50 ms). Lorsque l’on demande aux sujets de rappeler les items, ils rapportent, en moyenne, 4 à 5 lettres sur 12. Deux interprétations de ces résultats sont possibles : soit les sujets n’ont pas le temps de voir toutes les lettres, et donc n’en rappellent qu’un petit nombre, soit les sujets voient toutes les lettres, mais en oublient rapidement certaines.

Pour choisir entre ces deux interprétations, Sperling monte l’expérience suivante : il présente le même type de matériel que précédemment, mais informe les sujets qu’’ils auront à se souvenir ultérieurement des lettres d’une ligne particulière. Lors de ce rappel partiel, le sujet est prévenu de la ligne à rappeler par un son (son aigu pour la ligne supérieure, son moyen pour la ligne médiane et son grave pour la ligne inférieure). Dans cette condition, les sujets sont capables de rappeler 3 lettres par lignes.

Comment interpréter alors ces résulta s ? Comme les sujets ne pouvaient pas savoir à l’avance quelle ligne était à rappeler, il est possible que lors du rappel partiel, ils possédaient au moins 9 lettres dans leur mémoire sensorielle (3 lettres par lignes). Ainsi, la mémoire iconique de nos sujets semble contenir plus d’éléments que ne le suggérait l’expérience précédente. C’est donc la seconde hypothèse qui semble être confirmée par ces résultats.

Si l’on fait maintenant varier le temps entre la présentation du matériel et l’indice indiquant la ligne à rappeler, au-delà de 250 ms, l’effet de l’indiçage disparaît, c’est-à-dire que le niveau de rappel correspond à celui de la situation contrôle sans indiçage. La durée de stockage de la mémoire iconique est de 250 ms environ.


À lire :

Sperling, G. (1960). The information available in brief visual presentations. Psychological Monographs: General and Applied, 74(11), 1‑29. doi:10.1037/h0093759