Procédure de dissociation des processus

Process dissociation procedure


Procédure mise au point par Jacoby et collaborateurs afin de mettre en évidence le rôle des processus inconscients (automatiques) et conscients (contrôlés) dans une même tâche de mémoire.


En savoir plus :

L’idée de départ sur laquelle repose la procédure de dissociation des processus (PDP) est de considérer que les tests indirects de la mémoire (censés rendre compte de la mémoire implicite) et les tests directs de la mémoire (censés rendre compte de la mémoire explicite) ne mettent pas en jeu des processus purs : les tests indirects peuvent être influencés par la mémoire explicite et inversement, les tests directs peuvent subir l’influence de la mémoire implicite. La PDP a donc pour vocation de permettre de mesurer l’influence des processus automatiques et contrôlés dans une tâche de mémoire.

Pour comprendre la PDP, il faut retenir que celle-ci conçoit que le souvenir des informations repose sur deux processus : la remémoration consciente (recollection) et la familiarité. La remémoration des informations dans leur contexte est supposée refléter les traitements contrôlés et conscients alors que la familiarité est censée être à la base des traitements automatiques et inconscients.

Pour pouvoir fonctionner, la PDP repose sur plusieurs hypothèses, dont :

1. L’hypothèse d’indépendance : celle-ci stipule que la remémoration consciente et la familiarité ne s’influencent pas l’une l’autre, autrement dit, la remémoration consciente et la familiarité contribuent de façon indépendante à la performance de la tâche de mémoire. Cette hypothèse est nécessaire pour les formulations mathématiques de la PDP.

2. L’hypothèse d’invariance : la remémoration consciente et la familiarité ne sont pas influencées par le type d’instructions donné aux sujets. Nous allons voir, en effet, que la PDP utilise deux types de consignes lors du test, une consigne d’inclusion et une consigne d’exclusion.

Imaginons maintenant la situation suivante. On demande à des sujets d’étudier des mots. Lors du test, on leur propose de réaliser la tâche suivante : on leur présente le début d’un mot qui devra être complété. Deux types de consignes sont alors proposés aux sujets :

1. Dans la condition d’inclusion (I), on demande au sujet de compléter le début des mots avec les mots qui ont été étudiés et de deviner le cas échéant avec le premier mot qui leur vient à l’esprit. On comprend facilement que dans cette condition, la réponse du sujet peut faire intervenir aussi bien la remémoration consciente que la familiarité. La probabilité de répondre avec un item étudié correspond dans cette situation à la probabilité de répondre sur la base de la remémoration consciente (R), plus la probabilité de répondre sur la base de la familiarité (F) sans souvenir conscient, autrement dit :

I = R + F (1-R)

2. Dans la condition d’exclusion (E), on demande au sujet de compléter les débuts de mots en rejetant les mots étudiés. Cette situation a pour objectif de mettre en opposition les processus conscients et les processus inconscients. Pour rejeter une réponse possible, le sujet doit se remémorer consciemment de l’avoir étudiée précédemment. Par contre, si un mot étudié est utilisé comme réponse, on peut supposer que le processus automatique de familiarité a ait. Autrement dit :

E = F(1-R)

Il nous reste à estimer R et F.
Pour obtenir une estimation de la remémoration consciente, il faut donc soustraire la condition d’exclusion à la condition d’inclusion :

R = I - E

Pour obtenir une estimation de la familiarité, il faudra ajouter à la condition d’exclusion, la probabilité conjointe R’et F(c’est-à-dire, la probabilité que R et F agissent en même temps) ce qui, après une simple résolution d’équation, donnera la formule suivante :

F = E/(1-R)

La PDP connaît un véritable engouement même si des difficultés ont été soulevées (nous renvoyons notamment le lecteur aux synthèses de Nicolas citées ci-dessous pour avoir un panorama des travaux, des critiques et les réponses concernant la PDP.)



À lire :

Adam, S. Nouvelles te’hniques d'évaluation de la mémoire : procédure de dissociation des processus et paradigme R/K. In Meulemans, T., Desgranges, B., Adam, S., Eustache, F. (eds.). (2003). Evaluation et prise en charge des troubles mnésiques. Marseille : Solal.

Jacoby, L.LÀ (1991). A process dissociation framework : Separating automatic from intentional uses of memory. Journal of Memory and Language,30, 513-541.

Nicolas, S. (2000a). La dissociation automatique vs. contrôlée en rappel : application de la PDP de Jacoby (1991, 1998). Revue de Neuropsychologie, 20, 97-128.

Nicolas, S. (2000b). La mémoire humaine : une perspective fonctionnaliste. Paris : L'harmattan.